Bob Dylan par Jerry Schatzberg


La Galerie de l'Institut Lumière, 3 rue de l’Arbre Sec Lyon 1er
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 19h Entrée libre


Le cinéaste-photographe Jerry Schatzberg a photographié Bob Dylan de 1965 à 1967. Un choix de ces portraits a été présenté dans la nouvelle galerie de l’Institut Lumière. Avec le soutien de BNP Paribas

 

Jerry Schatzberg est déjà un fidèle du festival Lumière, qui le lui rend bien en approfondissant depuis plusieurs éditions déjà un travail de redécouverte par le public de son œuvre tant photographique que cinématographique. En 2009, déjà, c’est comme photographe qu’il prenait part à la première édition du festival, avec une exposition de photographies de Lyon.

 

Né en 1927 dans le quartier du Bronx à New York, l’artiste est d’abord célèbre comme photographe dans les années 1960, dans de prestigieuses revues telles que Variety ou Esquire. On lui doit notamment des portraits d’artistes et des photos sur l’univers de la mode, qu’il évoquera dans son premier film, Portrait d’une enfant déchue (Puzzle of a Downfall Child), réalisé en 1970 et montré à Lumière 2011.

 

Le pan le plus important de son œuvre de photographe est peut-être bien son travail de longue haleine avec Bob Dylan, étalé sur deux années, de 1965 à 1967, au moment même où le chanteur sortait ou enregistrait deux de ses albums les plus mythiques, Highway 61 Revisited (1965) et Blonde on Blonde (1966). Du propre aveu de Schatzberg, Dylan pourrait bien être le modèle le plus intéressant qu’il ait jamais eu. Ces photographies, méconnues pour la plupart, donnent l’impression de saisir un visage de l’artiste que le grand-public ne soupçonnait pas. Autant que les attitudes de la star aux lunettes noires, c’est quelque chose de plus intime, de plus profond que capte Schatzberg : une fragilité, une gentillesse.

 

Bob Dylan par Schatzberg se rapproche étroitement d’une autre star que le cinéaste a filmée comme personne : Al Pacino, bouleversant dans L’Epouvantail (Scarecrow), Palme d’Or 1973 au Festival de Cannes, que le festival a montré en copie restaurée lors de la Soirée d’ouverture. Le public aura ainsi l’occasion de découvrir Jerry Schatzberg dans ce qui en fait peut-être le plus clairement un artiste unique et précieux : cette capacité à saisir des moments volés, des entre-deux. Entre-deux-poses pour Bob Dylan, entre-deux-Parrains pour Al Pacino (L’Epouvantail sort en 1973 entre Le Parrain, 1972, et Le Parrain – 2e Partie, 1974).

 

L'installation de l'exposition :

Photo O Chassignole Photo O Chassignole Photo O Chassignole Photo O Chassignole
Photo O Chassignole Photo O Chassignole Photo O Chassignole Photo O Chassignole
Photo O Chassignole Photo O Chassignole Photo O Chassignole Photo O Chassignole
Photo O Chassignole Photo O Chassignole Photo O Chassignole  


Photos de la galerie :

 

Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège
Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège
Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège
Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège Photos Jean Luc Mège

 

 

Bob Dylan par Jerry Schatzberg : Galerie du festival, 3 rue de l’Arbre Sec, Lyon 1er
Avec le soutien de BNP Paribas

L’Épouvantail (Scarecrow, 1973, 1h52) :  Comoedia je 19h30 | Pathé Bellecour sa 10h30




 

 

 

 


Retour



  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2012
  • France Inter 2012
  • Variety 2012
  • Le Monde 2012
  • Studio Live 2012
  • Petit Bulletin 2012
  • Evene 2012
  • Télérama 2012