Route Irish

Ken Loach

Royaume-Uni, France, Italie, Belgique, Espagne, 2010


En septembre 2004, Fergus (Mark Womack), ancien des SAS, persuade son ami d’enfance Frankie (John Bishop), ancien parachutiste, d’intégrer son équipe d’agents de sécurité, à Bagdad, dans une guerre dont la privatisation va croissant, pour un salaire mensuel de 12 000 livres, non imposable. Ensemble, ils vont risquer leur vie dans une ville où règnent la violence, la terreur, l’impunité et l’avidité. Une ville par ailleurs inondée de milliards de dollars américains. En septembre 2007, Frankie meurt sur la “Route Irish”, la route la plus dangereuse de Bagdad. Fergus rejette l’explication offcielle et, brisé par le chagrin, retourne à Liverpool où il entame sa propre enquête sur la mort de son alter ego…

Associé depuis Carla’s Song au scénariste Paul Laverty, Ken Loach réalise avec Route Irish un film sur un sujet dérangeant, la privatisation des conflits armés : « Le métier de la guerre est en train d’être lentement et délibérément privatisé sous nos yeux, explique Paul Laverty. Patrick Cockburn, spécialiste reconnu de l’Irak, a estimé qu’il y avait, au plus fort de l’occupation, environ 160 000 agents privés étrangers dans le pays. Beaucoup d’entre eux, jusqu’à 50 000 peut-être, étaient des gardes de sécurité, lourdement armés. Sans leur appui, la conduite de la guerre et l’occupation auraient été impossibles. Norma, une adorable infirmière sur le point de prendre sa retraite, après des années passées auprès d’anciens soldats, a ouvert la voie à cette histoire lorsqu’elle m’a dit : "Beaucoup de ces hommes sont en deuil d’eux-mêmes". » C’est après un long travail de documentation que l’équipe se lance. « Après Looking for Eric, explique Rebecca O’Brien, la productrice et complice de Ken Loach depuis Land and Freedom (1995), il était important pour nous de faire un film “sérieux”, sans concessions. Avec nos partenaires français, Why Not et Wild Bunch, le financement a été simple et clair, ce qui m’a permis de me concentrer sur la production. Nous avons filmé les scènes irakiennes en Jordanie. Non seulement la Commission royale jordanienne du Film a été d’une aide précieuse dans la mise en place de la production, mais il y a dans ce pays de nombreux réfugiés irakiens qui ont pu travailler avec nous comme figurants. Les expériences poignantes dont ils ont été témoins ont fait ressortir l’authenticité de ce que nous filmions. » « Ken fait faire beaucoup de recherches à ses comédiens, témoigne l’acteur Mark Womack. Il nous demande de rencontrer plein de gens qui ont des points communs avec le personnage. Ces conversations peuvent nous être utiles. On lit aussi énormément de choses sur l’univers dans lequel évolue le personnage. J’ai rencontré des agents de sécurité, je les ai écoutés et j’avais de la matière pour construire mon personnage. Je suis allé dans un camp d’entraînement militaire avec John Bishop, qui joue Frankie, et Trevor Williams, qui joue Nelson. J’ai fini par bien les connaître. Cette préparation était nécessaire pour affronter les surprises que ménage Ken sur le plateau, qui lui permettent d’obtenir de nous des moments uniques. » Route Irish ne se place pas du côté des victimes, mais montre comment ceux qui servent aveuglément le système en sont éjectés lorsqu’ils deviennent une mauvaise conscience encombrante. 


Parole de soldat

Mark Womack se souvient du témoignage d’un soldat américain,

alors qu’ils parlaient des syndromes post-traumatiques :

« Quand tu entres dans l’armée, c’est comme si on te mettait en mode on,

mais après, personne ne vient appuyer sur off. »

 

Question de méthode

Lors de la scène de torture dans laquelle Fergus essaie de noyer sa victime

en versant des litres d’eau sur son bâillon, son partenaire a accepté avec courage

de subir lui-même le supplice. « On a bien essayé de trouver un masque qui le protégeait,

raconte Ken Loach, mais ça ne marchait pas. Je me suis senti un peu coupable.

Mais la scène est incroyablement forte non ? »

 

Dénonciation

« L’ancien premier ministre Tony Blair doit rendre des comptes sur l’Irak,

a déclaré Ken Loach. Cette guerre, c’était un crime, elle était illégale et a eu

des conséquences humanitaires très lourdes. Elle a été fondée sur le mensonge

et la corruption. Les gens qui en sont responsables sont toujours en liberté. »





Route Irish
Royaume-Uni, France, Italie, Belgique, Espagne, 2010, 1 h 49, couleur, format 1.85

Réalisation
: Ken Loach
Scénario : Paul Laverty
Photo : Barry Ackroyd
Musique : George Fenton
Montage : Jonathan Morris
Décors : Fergus Clegg
Costumes : Sarah Ryan

 

Production : Rebecca O’Brien

Interprètes
: Mark Womack (Fergus), Andrea Lowe (Rachel), John Bishop (Frankie), Trevor Williams (Nelson), Geoff Bell (Walker), Jack Fortune (Haynes), Talib Rasool (Harim), Russell
Anderson (Tommy), Craig Lundberg (Craig), Jamie Michie (Jamie)

 

Sortie au Royaume-Uni : 18 mars 2011
Sortie en France : 16 mars 2011

Distributeur : Diaphana

Séances



Vendredi 19 octobre à 10h30, Cinéma Comœdia



  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2012
  • France Inter 2012
  • Variety 2012
  • Le Monde 2012
  • Studio Live 2012
  • Petit Bulletin 2012
  • Evene 2012
  • Télérama 2012