Mario Ruspoli, prince des baleines et autres raretés

de Florence Dauman en collaboration avec Dominique Ruspoli et Noël Véry

France, 2011


Mario Ruspoli (1925-1986) est l’un des cinéastes pionniers du documentaire moderne, chercheur et expérimentateur des techniques images et son, dont l’oeuvre reste méconnue malgré sa richesse, son éclectisme et son importance historique. Il est apparu en 1956 avec un documentaire d’un intérêt extraordinaire : Les Hommes de la baleine, qui révélait que dans certaines îles des Açores se pratiquait encore la chasse au cachalot au harpon comme au temps de Moby Dick. Florence Dauman, fille d’Anatole Dauman, le producteur (légendaire) de plusieurs films de Ruspoli (comme il le fut de Resnais, Marker, etc.), dresse son portrait autour de rencontres, d’images d’archives et extraits de films.

« Mario Ruspoli, raconte Florence Dauman, un ami d’enfance de mon père, est vite devenu mon compagnon favori durant mon enfance, qu’il a délicieusement enrichie. Son premier geste, qu’il a renouvelé à plusieurs reprises pour mon plus grand bonheur, a été de m’enrouler dans le tapis d’entrée, soulever ce paquet informe sur ses épaules, aller dans le salon où se trouvaient les invités, dérouler le tapis au milieu de la pièce et présenter... Cléopâtre ! En dépit de son rôle central dans l’histoire du cinéma documentaire, Mario Ruspoli et son travail ont été injustement ignorés. Sa veuve, Dominique Ruspoli, m’a contactée afin qu’Argos Film produise un film sur Mario. L’idée m’a tout de suite plu, et j’ai voulu redonner au prince ce qui lui était dû. “Beau boulot… Enfin l’hommage que Mario méritait !” a déclaré son ami Chris Marker après avoir vu le documentaire. Dominique nous a rapporté de vraies perles de leur maison de L’Isle-sur-la-Sorgue. Des bobines de films, des bandes sonores de Nagra, des photos, des peintures. Toute la musique du documentaire est l’oeuvre de Mario. Images d’archives, films de famille, témoignages de ses proches, collaborateurs et amis (Edgar Morin, Yves Coppens, Brigitte et Gilles Delluc, Richard Leacock, D. A. Pennebaker, Michel Brault, Albert Maysles) ont été sélectionnés pour le film. Mais faire un documentaire ne suffit pas à rendre hommage à un cinéaste digne de ce nom. Les films de Mario devaient avoir la possibilité d’être vus. Ce fut Gianluca Farinelli et la Cineteca di Bologna, et non pas moi, qui donnèrent une nouvelle vie au travail de Mario, en restaurant tous ses films produits par Argos et donc en leur permettant une fois encore d’enchanter le public. » 

 

« Libérer la caméra !

Pouvoir la jeter dans l’espace humain, dans la vie.

Oublier la caméra ! Pouvoir filmer comme on regarde :

immédiatement ! » Ainsi s’ouvre le film Méthode 1,

manifeste pour le cinéma direct réalisé en 1962

par Mario Ruspoli qui s’adjoint l’équipe et le matériel

de tournage innovant de Jean Rouch et Edgar Morin

utilisé pour Chronique d’un été en 1961.

C’est ainsi qu’il livre deux émouvants témoignages,

recueillis dans des domaines jusqu’alors insondés,

Les Inconnus de la terre et Regards sur la folie.

En 1962, il propose de remplacer la notion de

“cinéma-vérité”, introduite par Rouch lors de la sortie

de Chronique d’un été, par “cinéma direct”.





Mario Ruspoli, prince des baleines et autres raretés
France, 2011, 1 h 16, couleur et noir et blanc

Réalisation
: Florence Dauman en collaboration avec Dominique Ruspoli, Noël Very
Scénario : Florence Dauman
Photo : Noël Véry, Benjamin Wolf, Florence Dauman
Musique : Mario Ruspoli
Montage : Lucas Fretin, Florence Dauman, Claudine Kaufmann

Production
: Argos Films

Participants
: Richard Leacock, Albert Maysles, Edgar Morin, D A Pennebaker, Brigitte et Gilles Delluc, Docteur Roger Gentis, Françoise Gilot, Yves Coppens, Michel Brault, Raymond Bellour

Distributeur : Tamasa Distribution pour Argos Films

Les films de Mario Ruspoli ont été tournés en inversible 16mm. Les films ont été restaurés par la Cineteca di Bologna en collaboration avec Argos Films à partir des meilleurs éléments aujourd’hui disponibles. La restauration de l’image a été réalisée numériquement en 2K à partir de l’agrandissement 35mm d’origine. La restauration du son a été réalisée à partir du négatif optique original. Les travaux ont été menés par le laboratoire L’Immagine Ritrovata en 2012.

Séances



Mercredi 17 octobre à 19h00, Pathé Bellecour (S2)



  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2012
  • France Inter 2012
  • Variety 2012
  • Le Monde 2012
  • Studio Live 2012
  • Petit Bulletin 2012
  • Evene 2012
  • Télérama 2012