Bandes originales : Lalo Schifrin

Pascale Cuenot

France, 2012


Compositeur, pianiste et chef d’orchestre, Lalo Schifrin est un véritable artiste du renouveau dont le talent a contribué de manière significative à l’écriture musicale du 20e siècle. Bien que surtout connu pour sa musique pour le cinéma et la télévision, le compositeur et pianiste a également eu un impact sur le jazz et la musique classique. Ce documentaire retrace la vie de ce grand musicien, auteur de plusieurs thèmes planétaires, comme ceux de Mission : impossible ou de L’Inspecteur Harry. Par ses musiques, aujourd’hui connues de tous, par ses compositions variées et multiculturelles, Lalo Schifrin est entré dans la légende…

Ils ne sont pas si nombreux les musiciens et compositeurs qui font partie de la légende du septième Art. C’est le cas de Lalo Schifrin, dont la célébrité dépasse de très loin les bords du petit ou du grand écran. Sa signature est aussi multiple qu’universellement reconnue, de la mèche incandescente de Mission : impossible à Mannix, du groove de Bullitt (Peter Yates, 1968) à la sensualité de The Fox (Mark Rydell, 1967), devenu la griffe sonore de la célèbre marque de lingerie Dim… Souvent imité, jamais égalé, Lalo Schifrin fut l’un des premiers à oser métisser l’avant-gardisme le plus pointu avec des styles aussi divers que le jazz, le baroque ou même le jazz-rock. Il est particulièrement à l’aise dans le suspens, les scènes de bagarres et de poursuites : « C’est parce que je viens du jazz, explique-t-il. Il y a un mystère dans la rythmique du jazz qui en fait l’alliée naturelle du film policier. » On est loin d’avoir exploré toutes les richesses de l’oeuvre de ce touche-à-tout virtuose, musicien de cinéma, mais aussi jazzman reconnu par ses pairs et compositeur classique infatigable, auteur complet qui s’est toujours attaché à fusionner les genres pour mieux les transcender. Dans les années cinquante, il fuit l’Argentine, son pays d’origine, et la dictature de Perón, pour s’installer à Paris : « C’était incroyable, cette liberté retrouvée, se souvient-il. Au début, j’avais peur de parler dans les cafés, je voyais des espions partout. Mais c’était formidable. Je n’avais pas de responsabilités, je faisais la musique que je voulais. Mon étape française a été déterminante dans ma formation de musicien : elle m’a ouvert des horizons insoupçonnés. » Perón disparu, il rentre en Argentine, mais n’y reste pas longtemps : découvert et aussitôt enlevé par Dizzy Gillespie, le voici à New York pour la carrière qu’on lui connaît. Pianiste, et compositeur, il dirige également un orchestre symphonique dans son pays, participe à des festivals de jazz, et produit divers travaux pour Placido Domingo ou pour le London Philharmonic. Ce documentaire retrace l’oeuvre de cet immense compositeur en nous faisant partager sa passion pour la musique. 

 

Pascale Cuenot

Après de longues études en arts appliqués à Paris, Pascale Cuenot

a démarré sa carrière dans plusieurs studios d’effets spéciaux pour la télévision.

Directrice artistique, elle a conçu certaines campagnes pour Gaumont, travaillé

sur les effets spéciaux de plusieurs pubs TV et collaboré à plusieurs magazines de presse.

Peintre, elle expose régulièrement en France et à l’étranger. En dehors de ces activités,

elle s’est également consacrée à l’écriture et la réalisation de courts métrages et

documentaires. Ayant entrepris un travail de fond sur les grands musiciens du cinéma,

elle est l’auteur de documentaires sur Maurice Jarre et Georges Delerue ;

elle prépare un film sur Alexandre Desplat.

 

Étrange

« U2 a réarrangé le thème de Mission : impossible pour des gens qui ont deux jambes,

alors que je l’avais écrit pour des gens munis de cinq jambes dont certaines plus longues

que les autres. » Comprenne qui pourra.

 

Ségrégation

« Je me souviens, raconte Lalo Schifrin, d’une tournée avec

le Dizzy Big Band et le Duke Ellington Orchestra. Nous avons voyagé dans un énorme bus ;

il y avait au moins quarante musiciens. Nous étions dans l’Iowa, qui n’est pas le Sud – ce qui, en

principe, nous assurait de ne pas rencontrer de problème raciaux. Après le concert, nous avions

besoin de manger. Nous nous sommes arrêtés en route. J’étais l’unique Blanc parmi plusieurs

dizaines de Noirs, et quand nous sommes entrés dans le premier restaurant, le patron, sans dire

qu’il ne servait pas les Noirs, a prétexté qu’il fermait. On nous a servi le même laïus à trois reprises.

À la quatrième halte, j’ai dit au chauffeur de ne pas s’arrêter devant le restaurant.

J’y suis allé et j’ai demandé à la patronne : “Nous sommes musiciens, nous avons beaucoup roulé,

nous devons encore jouer et nous sommes affamés. Pourriez-vous nous servir ?” Elle a accepté

sans rechigner. Je suis ressorti, ai sifflé en direction du bus et tout le monde a débarqué

dans le restaurant. Voilà comment on a pu manger. »

(Lalo Schifrin, Entretiens avec Georges Michel, Rouge profond, 2005)





Bandes originales : Lalo Schifrin
France, 2012, 53 mn, couleur, documentaire télévisé

Réalisation
: Pascale Cuenot
Montage : Pascale Berson Lecuyer


Production
: Prelight Films

Intervenants
: Jon Burlingame, Kyle Eastwood, Stéphane Lerouge, Bertrand Tavernier, Pierre Boussaguet, James Morrison, John Boorman, Brett Ratner, Salaam Remi, Ryan Schifrin

 

Avant-première !

Distributeur : Prelight Films

Séances



Mardi 16 octobre à 17h15, Institut Lumière



  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2012
  • France Inter 2012
  • Variety 2012
  • Le Monde 2012
  • Studio Live 2012
  • Petit Bulletin 2012
  • Evene 2012
  • Télérama 2012