Runaway Train

Andrei Konchalovsky

États-Unis, 1985


Quartier de haute sécurité de Stonehaven, Alaska. Manny (Jon Voight) est un prisonnier dangereux et endurci. Condamné à une longue peine après deux tentatives d’évasion, il est la bête noire du gardien-chef Ranken (John P. Ryan), qui, depuis plusieurs années, s’efforce de le briser. Les jeunes détenus ont fait de Manny un héros de la résistance à l’ordre carcéral. Manny veut s’évader une dernière fois. Le jeune Buck (Eric Roberts) lui offre son aide…

Runaway Train s’inspire d’un scénario original d’Akira Kurosawa écrit à la fin des années soixante pour un studio américain. En 1981, Francis Coppola, qui vient de coproduire Kagemusha, et Tom Luddy, l’un de ses collaborateurs d’American Zoetrope (et par ailleurs fondateur-directeur de l’incomparable festival de Telluride), contactent Konchalovsky pour reprendre ce projet que Kurosawa, en désaccord avec son coscénariste américain et avec le producteur Joe Levine (qui refusait d’engager ses collaborateurs habituels), avait décidé d’abandonner. Konchalovsky se rend à Tokyo pour voir le maître japonais, qui l’adoube en le laissant adapter son scénario. Jon Voight, fervent admirateur de Konchalovsky, jouera Manny, le rôle le plus surprenant de sa carrière qui en compte pourtant quelques-uns. Pour se préparer, l’acteur passe de nombreuses heures à San Quentin : « La prison révèle ce qu’il y a de pire en l’homme, déclare-t-il alors. C’est un environnement primaire, où les émotions s’expriment de la manière la plus crue. Manny s’y est bâti une vie fondée sur la haine et le désespoir. Mais il y a également acquis une grandeur incontestable, une énergie inépuisable, quasi animale. » Pour compenser son allure juvénile, Voight se métamorphose physiquement, transforme sa voix. Il racontera aussi avoir visionné avec Konchalovsky l’extraordinaire documentaire Scared Straight ! d’Arnold Shapiro (1978). De là lui est venu l’idée de cette moustache qui transforme totalement son visage. Eric Roberts, lui, remplaça Tom Berenger parti tourner Platoon avec Oliver Stone (pour un rôle qui fut aussi proposé à Jeff Bridges). Il connaissait déjà l’univers carcéral : « J’ai grandi dans un quartier que fréquentaient de nombreux anciens prisonniers. J’aurais pu y croiser Buck, ce pauvre type naïf, plutôt brave et désespérément malchanceux. Le tournage n’en fut pas moins une rude épreuve, comparable à celui de Star 80 (Bob Fosse, 1983). Le film m’apparaît comme un récit d’initiation : Buck vit dans un univers de dur complètement romantique et imaginaire. Son rêve se dissout à la fin. Buck va devenir enfin adulte. » Le troisième personnage du film est Sara. Le rôle était initialement prévu pour un homme, Konchalovsky en fit une femme, et le confia à Rebecca DeMornay, récemment découverte dans Risky Business (Paul Brickman, 1983) : « Sara est la conscience de Runaway Train, elle y introduit le pressentiment de la mort, et m’a permis de jouer en force en manifestant une présence physique plus intense que dans mes précédents films » témoigne-t-elle. Runaway Train a constitué, pour Andrei Konchalovsky, un challenge technique inédit et risqué. Les séquences ferroviaires furent tournées en Alaska, et les séquences carcérales dans l’ancienne prison territoriale du Montana, en utilisant pour seule source lumineuse les fenêtres : Konchalovsky donne volontairement au film un aspect documentaire et privilégie dans la photo les contrastes de noir et blanc. Cette course folle à travers l’Alaska fait partie de ces grands films des années 80 qui sont à redécouvrir. 

 

Konchalovsky

Andrei Konchalovsky est l’un des plus grands réalisateurs russes vivants. Il a co-écrit

plusieurs films de Tarkovski avant de devenir pleinement cinéaste, marquant la scène

internationale avec ses deux premiers films, Le Premier Maître (1964) et Le Bonheur d’Assia

(1967). En 1979, il réalise le magnifique Sibériade, avant de partir aux USA pour y réaliser

Maria’s Lovers, puis Runaway Train. Il est retourné ensuite en Russie pour y poursuivre sa

carrière. Il vit aujourd’hui à Moscou.

 

Moguls

Le film de Konchalovsky est produit par les cousins

israéliens Menahem Golan et Yoram Globus. Un duo

légendaire qui fera une apparition fulgurante et puissante

dans le ciel du cinéma mondial, produisant des films,

achetant des salles, laissant une trace aussi durable que

trop oubliée. Leur goût allait de American Ninja à Jean-Luc

Godard qu’ils engagèrent, paraît-il, sur un coin de table

d’un restaurant cannois (pour un Roi Lear magnifique, mais

jamais officiellement sorti pour des problèmes de droits),

de Jerry Schatzberg (pour le méconnu Street Smart) à

Barbet Schroeder pour le Barfly de Charles Bukowski.

 

Qu’en a pensé Kurosawa ?

Ça, on ne sait pas. Andrei Konchalovsky sera

présent au festival Lumière. On lui posera la

question. À noter que, dans sa version, AK

prévoyait Henry Fonda et Peter Falk.

 

Cannes

Sorti aux USA en décembre 1985 afin de

concourir aux Oscars (les deux acteurs

reçurent chacun une nomination), Runaway

Train fut sélectionné en mai suivant en

compétition à Cannes. Il y est revenu cette

année dans cette copie restaurée qui sera

présenté à Lyon.

 

Shakespeare

À la fin du film, tandis que le train file dans la neige et dans le vent,

apparaît une citation tirée de Richard III de Shakespeare :

« No beast so fierce but knows some touch of pity. But I know none,

and therefore am no beast. » « Il n’est pas d’animal féroce qui ignore ce

qu’est la pitié. Je ne connais pas la pitié, je ne suis pas un animal ».

 

Les infos qu’on aime bien

Euh… Runaway Train est le film comportant

le plus de « Fuck » de l’histoire du cinéma.

Y a pas que Shakespeare dans la vie.





Runaway Train
États-Unis, 1985, 1 h 51, couleur, format 1.85

Réalisation
: Andrei Konchalovsky
Scénario : Djordje Milicevic, Paul Zindel et Edward Bunker, d’après un scénario d’Akira Kurosawa tiré d’une histoire de Ryûzô Kikushima et Hideo Oguni.
Photo : Alan Hume
Musique : Trevor Jones
Montage : Henry Richardson
Costumes : Katherine Dover
Décors : Stephen Marsh


Production
: Yoram Globus et Menahem Golan (Golan-Globus Productions), Northbrook Films

Interprètes
: Jon Voight (Manny), Eric Roberts (Buck McGeehy), Rebecca DeMornay (Sara), Kyle T. Heffner (Frank Barstow), John P. Ryan (Warden Ranken), T. K. Carter (Dave Prince), Kenneth McMillan (Eddie MacDonald), Stacey Pickren (Ruby), Walter Wyatt (Conlan), Edward Bunker (Jonah)

Sortie aux États-Unis : le 6 décembre 1985
Sortie en France : 21 mai 1986

Distributeur : Park Circus

Copie neuve avec l’amabilité de Metro-Goldwyn-Mayer/Park Circus

Séances



Mercredi 17 octobre à 16h15, Institut Lumière
Jeudi 18 octobre à 20h30, UGC Ciné Cité internationale
Vendredi 19 octobre à 19h30, Pathé Bellecour (S2)
Samedi 20 octobre à 21h45, Cinéma Comœdia



  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2012
  • France Inter 2012
  • Variety 2012
  • Le Monde 2012
  • Studio Live 2012
  • Petit Bulletin 2012
  • Evene 2012
  • Télérama 2012