Au plaisir de Max Ophuls


Au moment où le cinéma se conjugue au numérique et aux petites caméras, le détour par le plus élégant des metteurs en scène s’impose : Max Ophuls ou le coeur du classicisme européen de l’avant et de l’après-guerre.


L’exploration de cette oeuvre à la fois singulière et somptueuse se fera en copies 35mm  rarissimes ou en copies restaurées (offertes entre autres par Gaumont : Le Plaisir, Madame de et La Rabbia : Lettre d’une inconnue), voici une rétrospective dont l’un des parrains est l’historien du cinéma Raymond Chirat.
 

La Fiancée vendue (Die verkaufte Braut, 1932, 1h17)

Séance : Institut Lumière ve 16h45

Marie se mariera-t-elle par devoir ou par amour ? Ophuls mêle théâtre, musique et cinéma, dans cette adaptation d’un opéra-comique. Une rareté de sa carrière allemande.

La signora di tutti (1934, 1h29)

Séances : Institut Lumière je 11h30 et sa 9h15

Alors qu’elle est sur une table d’opération, Gaby Doriot voit sa vie défiler. Seul film italien du cinéaste, le portrait tendre et cruel d’un destin de femme.

Comédie de l’argent (Komedie om geld, 1936, 1h21), copie restaurée par le EYE Film Institute (Amsterdam)

Séance : Institut Lumière ve 14h30

Un employé de banque perd mystérieusement une forte somme d’argent… Fable sur le pouvoir de l’argent, le film offre des lumières et des décors qui semblent sortir des plus folles distorsions de l’expressionisme. Un film néerlandais d’Ophuls devenu invisible et récemment retrouvé.

La Tendre ennemie (1936, 1h10), copie unique 35mm Gaumont

Séances : Pathé Bellecour me 22h15 | Institut Lumière sa 20h30

Annette veut marier sa fille à un homme qu’elle n’aime pas. Les fantômes de son passé lui rendent visite pour la faire changer d’avis. Immense succès pour cette chasse au bonheur, tragi-comédie de l’au-delà.

Le Roman de Werther (1938, 1h22)

Séance : Institut Lumière sa 11h30

XVIIIe siècle. Werther, jeune homme romantique et poète, tombe éperdument amoureux de Charlotte, promise à son ami Albert. Ophuls, cinéaste des femmes par excellence, magnifie la superbe Annie Vernay dans cette histoire d’amour contrarié.

Sans lendemain (1940, 1h22), copie unique 35mm Gaumont

Séances : Comoedia je 14h15 | Institut Lumière di 14h30

Une entraîneuse de Pigalle croise par hasard un ancien amour du temps où elle était encore une femme du monde. La tragédie d’un impossible retour en arrière, illuminée par la beauté d’Edwige Feuillère.

 

Lettre d’une inconnue (Letter from an Unknown Woman, 1948, 1h27)

Séances : Comoedia me 14h | Charbonnières-les-Bains je 20h30 | UGC Astoria ve 20h30 | Pathé Bellecour sa 19h30

La passion secrète de la jeune Lisa pour son voisin, le frivole Stefan. Le plus grand film américain du cinéaste, qui, exilé, évoque la Vienne de la Belle Époque. Joan Fontaine est ardente et sensible, dans cette adaptation sublime de Stefan Zweig.

Caught (1949, 1h28), copie restaurée par la société La Rabbia

Séances : Pathé Bellecour me 16h15 et je 17h

Contre toute attente, Leonora, jeune fille modeste, se voit épouser par un milliardaire… Un film sombre sur la douleur d’une femme face à la violence d’un désamour, sur fond de critique acerbe de la société capitaliste.


Les Désemparés (The Reckless Moment, 1949, 1h19)

Séances : Pathé Bellecour ma 14h45 et sa 17h15

Lucia dissimule un meurtre pour protéger sa fille. Un film noir redoutable avec Joan Bennett en mère opiniâtre et James Mason en maître-chanteur : le suspense commence.

La Ronde (1950, 1h35)

Séances : Pathé Bellecour ma 14h30 | Comoedia me 11h | Pathé Bellecour je 19h30 | Sainte-Foy-lès-Lyon sa 15h

C’est la ronde de l’amour, la lutte éternelle des sexes, la faiblesse et la rouerie féminines, l’égoïsme et la crédulité masculines. De retour en France, Ophuls réunit la fine fleur des acteurs français (Danielle Darrieux, Gérard Philipe, Simone Signoret, Jean-Louis Barrault...) et livre un film au parfum de scandale, follement sensuel.

Le Plaisir (1952, 1h33), copie restaurée Gaumont

Séances : Comoedia ma 17h | Caluire Méliès me 20h30 | Pathé Bellecour ve 14h | UGC Astoria di 15h30

Trois évocations du drame éternel du plaisir, adaptées de Maupassant. La caméra glisse comme par magie sur Danielle Darrieux, Jean Gabin et Pierre Brasseur : un chef-d’oeuvre.

Madame de… (1953, 1h40), copie restaurée Gaumont

Séances : Pathé Bellecour ma 21h45 | Francheville je 14h | Pathé Cordeliers ve 16h40 | Comoedia sa 19h15

Endettée, une femme du monde vend un bijou offert par son mari, bijou qu’elle retrouvera dans de troublantes circonstances. L’histoire tragique et extraordinaire d’une passion : ou comment une femme frivole (Danielle Darrieux) se révèle dans une passion destructrice. Avec Vittorio De Sica dans l’un de ses plus beaux rôles.
> Pour des raisons techniques, le CNP Terreaux ne pourra finalement pas accueillir les séances du festival, les films seront donc projetés au Pathé Cordeliers, 10 minutes après l'heure initialement annoncée.

Lola Montès (1955, 1h55), copie restaurée par la Cinémathèque française grâce à la Fondation Thomson pour le Patrimoine du Cinéma et de la Télévision et avec le soutien du Fonds Culturel Franco Américain.

Séances : Pathé Cordeliers ma 19h40 | UGC Confluence me 20h30 | Pathé Bellecour je 22h | Comoedia sa 10h30

Dans un cirque américain, Lola Montès rejoue les plus grands scandales de son existence. Inspiré de la déchéance de la célèbre courtisane, le dernier film d’Ophuls est magistral, d’une virtuosité baroque inégalée.
> Pour des raisons techniques, le CNP Terreaux ne pourra finalement pas accueillir les séances du festival, les films seront donc projetés au Pathé Cordeliers, 10 minutes après l'heure initialement annoncée.

 

Documentaires sur Max Ophuls


Cinéastes de notre temps - Max Ophuls ou le plaisir de tourner de Michel Mitrani (1965, 51min)

Séances : Institut Lumière Villa ma 19h30 et sa 14h30

Collaborateurs et comédiens esquissent à travers ses méthodes de travail, sa technique de mise en scène et sa conception du cinéma, le portrait d’un cinéaste du mouvement, charmeur, cultivé, exigeant.

Max par Marcel de Marcel Ophuls (2009, 1h21)

Séance : Institut Lumière Villa ve 18h30
Le cinéaste Marcel Ophuls évoque son père à travers l’étude de quatre de ses films majeurs : La Ronde, Le Plaisir, Madame de…, Lola Montès.



  • Partenaires médias :
  • France Télévision 2012
  • France Inter 2012
  • Variety 2012
  • Le Monde 2012
  • Studio Live 2012
  • Petit Bulletin 2012
  • Evene 2012
  • Télérama 2012